The Gossip Life
Hello jeunesse dorée de Manhattan! Bienvenue sur The Gossip Life!
C'est ici que toutes les personnes qui ont un nom un New York vivent! L'upper east side, lieu de luxe et d'élégance, mais aussi et surtout, pour mon plus grand bonheur lieu de fête et de débauche. Venez donc voir qui fait la une de mon blog aujourd'hui!

You Know You Love Me!
XOXO Gossip Girl

The Gossip Life


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël Bermound

Raphaël Bermound

Messages : 62
Popularité : 3937

Un peu plus sur moi...
Avatar:
Moi je suis:
Mes Liens:

Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ] Empty
MessageSujet: Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ]   Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ] EmptySam 3 Juil - 22:12

[Évasion dans les Hamptons d'Antonia & Raphaël]


  • Elle avait demandé elle avait. C'était ça, Antonia. Elle avait toujours ce qu'elle souhaitais sans se soucier de ce que pouvait vouloir les autres. Je crois qu'elle n'en pouvait plus de tout ça, de tout ce qui se passait. Elle voulait fuir pendant un moment la folie de New York, pour Paris, sauf que Paris c'est loin, et prendre un Jet privé ne s'improvise pas en une heure. Alors, direction les Hamptons, je ne sais pas vraiment combien de temps cette escapade risque de durer, mais si vous voulez mon avis, nous allons avoir de sérieux problèmes avec Saint Jude et elle avec son lycée. Moi, je m'en fous, je n'ai plus de parents, mais la belle italienne qui me servait de petite amie avit une mère qui arrivait dans deux jours, et qui allait avoir un appel du prestigieux lycée de sa fille comme quoi elle n'est pas en cours. J'espère que ça ne durera pas longtemps, Madame Opliari aussi compréhensive soit elle, n'est pas non plus capable de comprendre que sa fille de dix sept ans ne va pas à l'école parce qu'elle veut vagabonder avec son riche copain dans les Hamptons, même moi je ne laisserais pas ma fille faire ce genre de stupidités. Mais, moi je ne suis pas à la place de Madame Elisabeth Keira Opliari. Moi, je veux passer du temps avec elle parce que ça fait trop longtemps que nous n'avons profiter d'un peu de temps ensemble. La soirée Cabaret c'est terminé par un succès, et je suis dans la limousine en sa compagnie. Elle s'est endormie. Elle s'est attaché les cheveux, mais quelques mèches tombent sur son visage. Elle n'est pas beaucoup maquillée, un simple coup de mascara sur ses longs cils. Ses pommettes sont un peu roses, sûrement à cause du blush. Elle porte une robe Acne à volants noirs, les jambes nues et des Boots Guissepe Zanotti que je lui est offert en venant la chercher. Elle n'avait pas perdue de temps pour les porter. Elle avait croisée ses doigts avec les miens, autour de son index un solitaire, avec un anneau tout fin en or gris qui faisait une petite fleur, elle avait toujours eu un goût tout particuliers pour les bagues Cartier, elle tient ça de sa mère. Et depuis que nous sommes ensemble, je sais que cette bague c'est le modèle Inde Mystérieuse de Cartier, c'est la bague qu'elle a eu pour ses seize ans. Vous devez vous dire que j'en sais beaucoup sur elle. Mais c'est bien parce que je tiens à elle, personne ne la connait mieux que moi et elle me connaît mieux que ma propre mère. Ce n'est peut être pas la femme de ma vie, mais pour l'instant, c'est celle que j'aime, je ne lui est pas dit, elle non plus, mais elle le sait, et je sais qu'elle m'aime sinon, pourquoi me ferait elle tout ces caprices pour être dans cette limousine. Elle respire un peu fort, elle est bourrée de défauts, mais nous sommes trop semblables pour que je la laisse m'échapper et qu'elle s'enfuit avec le premier beau gosse.

    La villa aux Hamptons nous attends, Madeleine et les autres préparait les pièces de la villa. Quand j'y réfléchis, je me dis qu'à seulement dix huit ans, je suis le propriétaire de plusieurs propriétés, un duplex Avenue Foch, une villa aux Hamptons, une suite royale au Plazza, oui c'est la mienne, un appartement à Tokyo. Et mon compte en banque affiche trop de zéros pour que nous ne voyez pas choqués par le montant. Alors, dans la limousine je soupire et j'allume une cigarette, j'attends qu'elle se réveille, j'attends qu'elle attaque ma cigarette pour la porter à ses lèvres. Elle sent le Dior Homme, la clope et le café, et ses ongles sont peint en verre anis, quoiqu'un peu plus clair. Nous avons pas de route, mais faire la route en limousine est plus agréable qu'en train ou même en avion. J'ai commandé des Macarons, je vous assure que faire venir des Macarons Ladurée de Pars pour les Hamptons en quantité suffisante pour elle est une atrocité. Mais j'y suis parvenu. Ils arrivent dans la journée, c'est un des employés que j'ai dans l'Avenue Foch qui a bien voulu me rendre service. Je vous assure que c'est compliqué une petite amie au goût de luxe. Je viens d remarquer qu'elle porte un collier. Il est nouveau, je ne l'est jamais vu. Il est très long, il y a des petits diamants qui s'éparpillent sur une chaîne en or gris à longueur égale. Elle vient de se réveiller. Et nous venons d'arriver. Je trouve que je gère bien le temps qui passe. Il passe vite, trop vite. Il est plutôt beau.


Dernière édition par Raphaël Bermound le Ven 13 Aoû - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonia J. Opliari

Antonia J. Opliari

Messages : 123
Popularité : 3995
Age : 26
Humeur : Joyeuse.
Commentaires : Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ] Photo_60824616_2

Un peu plus sur moi...
Avatar: Kaya Scodelario
Moi je suis:
Mes Liens:

Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ] Empty
MessageSujet: Re: Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ]   Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ] EmptyDim 4 Juil - 11:56

  • Je voulais aller à Paris. Mais Raphaël avait su freiner mon élan et mon entrain. J'aimais pourtant me réveiller dans le grand lit sous le soleil de Paris, pour fumer une clope sur le petit balcon qui donnait sur l'Avenue Foch, regardant les gens se presser pour arriver à l'heure à leur travail. Je regardais dehors, J'avais utiliser de nombreuses malles de chez Vuitton pour aller dans les Hamptons. Je n'avais pas envie de rentrer maintenant, mais ma mère rentrait dans deux jours. Je ne connais pas les conséquences de cette petite escapade. Mais peu m'importe. Je suis certaine que Raphaël s'en préoccupe, il est du genre à se torturer l'esprit. C'est ce qu'il fait de mieux, se poser trop de questions, faire attention à tous les détails. J'avais emporter peut être trop de choses. Certainement trop même, mais j'aime toujours avoir beaucoup de choix de ce que je peux poster. Même si je sais que prendre une tenue de soirée n'est pas obligatoire, puisque je ne compte pas aller à un gala quelconque. Mes malles étaient prêtes, c'est une départ improvisé, rien n'est vraiment prévu, Nous partions en fin de matinée. Je n'avais pas prévenu le lycée, j'aurais pu prétexté une maladie quelconque, mais ma mère arrive bientôt. Alors, je n'ai rien dit, préférant revenir et voir ma mère s'engueuler, essayant de me culpabiliser, en argumentant qu'ils ne sont jamais là pour que je suis puisse vivre avec tout ce que je souhaite. Mes cheveux attachés, je vis arriver Raphaël, la clope au bec, me sourire. Il portait sous son bras une boîte carré, emballé de Papiers artgenté, j'allais avoir un cadeau, j'adore les cadeaux. Il écrase sa cigarette dans le cendrier et me donne le paquet après m'avoir embrassé.

    Vous savez, je crois que trouvez les Guiseppe Zanotti de l'hiver prochain, c'est du suicide, eh bien lui l'a fait. Les boots qui sont en ma possession, sont sublimes. Nous partons. Quelqu'un se charge de charger mes malles dans la Limousine de Raphaël. Nous aurions pu prendre la mienne, mais il insiste pour aller aux Hamptons dans la sienne, allez savoir, il est trop compliqué pour que je cherche à tous comprendre. Il allume une autre cigarette, et me prend la main, on nous ouvre la porte. Je suis un peu fatiguée, alors je m'endors. J'ai au pied, la paire de chaussures qu'il vient de m'offrir. J'avais pourtant envie d'aller à Montmattre, porter des converses pour marcher tranquillement dans les rues, et monter les bosses de ce quartier tranquille de Paris. Me balader sur les bords de la seine et prendre un café sur une terrasse, regarder les enseignes de grands magasins de luxe et y entrer sans hésitations. J'allais aux Hamptons, c'était sûrement mieux. Je m'endors sur son épaule. Il porte un gilet gris en cachemire, et un polo Ralph Lauren, son jean, brut. Il avait quelques cernes, sûrement à cause du manque de sommeil. Insomniaque comme il est, il n'a pas du beaucoup dormir. Comme les nuits doivent être longues quand on ne peut pas dormir. On doit se poser trop de questions, des bonnes comme des mauvaises. J'imagine que c'est comme ça. Pas autrement, c'est pour ça que c'est une personnage torturé. Il fallait le connaître avant la mort de ses parents, il était un peu étrange, mais bien plus enjoué, moins sarcastique, moins sadique et cruel avec les autres. Il en veut à la terre entière. Pour ses parents, peut être. Il n'en parle jamais. Il n'aime pas ça. La voiture s'arrête et je me réveille. Il fait plutôt beau, très beau même. Il a allumé une cigarette que j'attrape et porte à mes lèvres. La villa est splendide. Il traîne les pieds. C'est drôle. Je lui sourit. Nous allons profiter du peu de temps que nous avons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël Bermound

Raphaël Bermound

Messages : 62
Popularité : 3937

Un peu plus sur moi...
Avatar:
Moi je suis:
Mes Liens:

Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ] Empty
MessageSujet: Re: Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ]   Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ] EmptyLun 12 Juil - 14:20

Je crois que tout ceci est trop compliqué. Cette relation. Cette guerre que nous nous menons. Elle semble forte. Vous la connaissez tous forte, avec un caractère terrible. Elle l'est forte, et ce caractère elle l'a. Mais ce que vous ne connaissez pas, c'est ce caractère psychotique et névrosée. Quand je la quitte pour peu de temps, pour une autre, pour me venger de ce qu'elle m'a fait, elle offre une tragédie en spectacle. Sa peine est si réelle comment peut on souffrir à ce point ? Elle est si fragile derrière ce masque de force et d'hypocrisie. Et lorsqu'elle se rend malade à ce point, je sais que je peux revenir, pour la prendre dans mes bras. Vous ne la connaissez pas aussi bien que je peux la connaître. Elle est trop humaine. Dans l'intimité elle est superbe, et rayonnante, elle n'est qu'à moi, et je ne la partage avec personne. Alors, je la regarde, elle semble aller bien, mais il y a des jours, où elle me fait peur. Tellement peur. Les cernes qui décorent ses yeux, et ses lèvres gonflées parce qu'elle pleure trop, parce que l'alcool ne passe plus très bien avec les cachets de couleurs, parce qu'elle se rend compte que tout lui échappe et pour elle l'incontrôlable est une phobie, elle a peur de tellement de choses. Des algues, de l'orage, des clowns, des chiens qu'elle ne connaît pas, de la solitude, de la souffrance, du silence, et d'elle même. Je pourrais lui dire, je t'aime pour toujours, ou je t'aime, pour la soulager de sa souffrance, mais souvent rien ne vient. Peut être parce que j'ai peur de sa réaction, peut être parce que j'ai peur qu'elle ne me réponde pas, en me disant qu'elle ne peut pas, qu'elle n'est pas prête, mais c'est simplement parce qu'elle a peur. Alors rien ne vient, et le jour où ces mots sortiront de ses lèvres, alors je serais aussi heureux qu'une panda devant un bambou.

Elle me sourit, elle me prend la main et me tire vers la maison, en riant, en souriant, avec ses petits talons de marque que je viens juste de lui offrir. Si vous saviez le mal que j'ai eu pour trouver ses fuckings chaussures, à sa taille ? Elle chausse du 37 et demi, pas 38, 37 et demi, parfois 37, ça dépend des marques dit elle. Je traîne un peu des pieds, elle me tire un peu plus, doucement, elle ne parle pas. Elle n'a pas besoin de parler pour que je profite de sa compagnie. Elle pousse la porte et nous rentrons à l'intérieur, la baie vitrée est ouverte et donne sur la piscine qui est toute propre. Le salon, immense, est propre comme à l'origine, c'est un peu impersonnel, mais je sais que ce soir, Toni s'emmitouflera sous une des couvertures allumant une cigarette et sirotant du scotch. Puis sous cette couette commencera ce que beaucoup de couples font, du moins ce qui sont heureux un minimum et qui s'aiment. J'aime la regarder heureuse. Elle me regarde et soupire. Elle en a marre que je ne sois pas enthousiaste. Mais je ne le suis jamais, je n'aime pas l'être, comme ça, je ne suis pas déçu. Je n'aime pas les déceptions, et émotionnellement, c'est trop compliqué à gérer. Je lui souris, hausse les épaules. Elle virevolte sur elle même, les volants de sa robe s'envolent, ils se soulèvent un peu, puis elle prend sa respiration, et me tourne le dos pour aller dans le salon. Elle me semble apaisée, même si dans deux jours elle avec sa mère qu'elle n'a pas vu depuis bientôt trois mois. Elle n'en a certainement rien à foutre. Elle est drôle quand elle est avec sa mère. Elle s'assoit, je m'assois à mon tour. Puis elle fait la moue et me dit qu'elle a faim, puis elle refait la moue, comme si elle faisait un caprice, elle me fait rire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je me lève, en riant. Je ne sais pas ce qu'elle veut manger moi, elle allume une cigarette, elle soupire, elle s'allonge sur le canapé. Je ne sais pas ou est Madeleine. J'imagine qu'elle est allée faire des courses. Il n'y a pas grand chose dans le frigidaire, J'aime pas cuisiner. Elle aime les sandwich au Kiri, elle aura ça en attendant le dîner de ce soir elle va va pas m'emmerder. Je lui tartine du Kiri sur du pain de mie, et hasta la vista.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ] Empty
MessageSujet: Re: Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ]   Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Evasion, Manhattan ne nous manquera pas. [ Finish ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !
» Sommes-nous pareil?
» Heartbreaker version girl [Finish]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Gossip Life :: ▪▪▪ NEW YORK :: ●● LES HAMPTONS-
Sauter vers: